La calligraphie, un métier d’art de l’écriture

Depuis mon enfance, j’ai toujours aimé écrire, faire glisser ma plume sur le papier, la tremper dans mon encrier.
J’ai eu la chance d’apprendre l’écriture et CP avec un porte plume, de l’encre et un papier buvard. En classe de CP nous n’avions que l’encre violette, mais dès lors que nus avions le droit d’écrire avec un stylo plume, j’ai collectionné les cartouches d’encre (rouge, bleu, rose, vert, noir, turquoise, rose, jaune…) et j’ai toujours une collection de stylos plume et de cartouche à la maison.

J’ai même un peu pratiqué lorsque j’étais au collège. Un peu rebelle, j’écrivais , surtout en cours de latin (grrrr… le latin !), en caractères gothiques. J’étais assez rapide d’ailleurs, puisque je prenais mes notes de cours de cette façon. Je m’y étais longuement entraînée, l’éclate totale d’ailleurs.

J’avais envie de parler de ce métier d’art, la calligraphie. Il est toujours plus agréable de lire de belles lettrines (et non latrines…). On a la sensation que les lettres vont s’envoler, les lettres sont gracieuses, elles dansent sur le papier.

La calligraphie est par définition :

L’art de former d’une façon élégante et ornée les caractères de l’écriture ; écriture formée selon cet art.

Le calligraphe recherche l’expressivité dans le tracé de caractères latins, chinois, hébraïques, arabes. Il utilise la plume d’oie ou métallique, le calame de roseau ou le pinceau sur du papier vélin ou du parchemin.

Il existe plusieurs calligraphies (latine, arabe, chinoise, hébraïque) et une multitude de typographie. Il ne faut pas confondre les 2.

La typographie (souvent abrégé en typo) désigne les différents procédés de composition et d’impression utilisant des caractères et des formes en relief, ainsi que l’art et la manière d’utiliser les différents types de caractères dans un but esthétique et pratique.

Vous devriez aimer aussi...

Laisser un commentaire

error: Ce contenu est protégé !!